iJqdjJaLmtPckYqTk9yRipOT3JGKk5PckYqTk9yRipOT3JGKk5PckYqTk9yRipOT3JGKk5PckYqTk9yRipOT3JGKk5PckYqTk9yRipOT3NM9W5GKk5M9W5GKk5M9W5GKk5M9W5GKk5M9W5GKk5M9Wz1ckYqTk8Wck5abj4+cPVw=
[csd_town]
[csd_region]

Santé & Social

Blessure de chats pour quelles conséquences ?

Les morsures de chat vues aux urgences conduisent une fois sur trois à une hospitalisation, et au bloc opératoire dans deux cas sur trois, rapporte une étude réalisée dans un hôpital américain.

Et si l'on sous-estimait les morsures de chat ? Sur 193 patients traités entre 2009 et 2011 dans une clinique américaine, la moitié était arrivée par les urgences, le reste via la consultation de médecine générale. À la grande surprise des chirurgiens américains, près d'une fois sur trois il a fallu hospitaliser la victime (en moyenne trois jours), et cela s'est même terminé au bloc opératoire pour les deux tiers d'entre eux, afin de pouvoir nettoyer correctement la blessure. En France, on estime entre 250 000 et 500 000 le nombre de morsures, tous animaux confondus, survenant chaque année. Elles conduisent à près de 70 000 recours aux soins.

Complications fréquentes

Les morsures de chat, qui comptent pour 10 à 15 % de l'ensemble des accidents, sont en effet considérées comme des plaies sales. Car la salive des chats est bourrée de germes qui ne sont pas précisément les amis de l'homme. Le plus fréquent, commun d'ailleurs aux chats et aux chiens, est Pasteurella multocida, qui se trouve dans la flore buccale normale de 70 à 90 % des chats. «Les chats ont des petites dents pointues qui peuvent s'enfoncer profondément dans les tissus mous et inoculer des bactéries dans des espaces fermés, comme les gaines des tendons, les articulations, les os». Un peu comme si une aiguille souillée s'était plantée profondément dans la chair. D'où la nécessité d'un lavage immédiat et soigneux de la plaie à l'eau et au savon.

D'ailleurs, les complications se sont avérées fréquentes avec 6 abcès, 14 lésions tendineuses, 2 lésions de nerfs et 14 réductions de mobilité de l'articulation lors des visites de suivi. Les auteurs signalent que la présence d'un gonflement, d'une rougeur ou une morsure en zone sensible (articulation, tendon) constituent les trois facteurs de risque de complication qui justifient d'un traitement vigoureux, notamment par antibiotiques. La majorité des morsures de chat se produisent aux mains ou aux poignets et, dans l'étude de la clinique américaine, 44 % des blessures s'étaient en outre produites au niveau d'un tendon ou d'une articulation. Le danger est alors que l'infection n'abîme ces deux structures au-delà de la seule réaction inflammatoire.

En cas de simple griffure, le geste recommandé consiste à nettoyer la plaie à l'eau savonneuse ou avec un désinfectant.

Source : sante.lefigaro.fr

« Envie d’exercer un nouveau métier ? Besoin de se former efficacement ? Découvrez tous les avantages de la formation en ligne en regardant notre vidéo. »

Demande 100% Gratuite

Si vous aimez cet article, Partagez le avec vos ami(e)s...

Facebook 0
Google+ 0
Twitter
Pinterest 0
WhatsApp
Email

Dans la même catégorie, vous pourrez aimer aussi ...

Pour voir toutes nos actus métier et formation par thématiques

Catégories