Ecole à Distance

Cours par correspondance, des origines à nos jours

Obtenir un diplôme ou décrocher un concours tout en restant à son domicile, apprendre sans avoir besoin d’un professeur présent physiquement pour exercer son tutorat, tel est le but d’un apprentissage par correspondance… Mais alors dans les faits, peut on apprendre efficacement ses leçons et faire ses devoirs en travaillant de chez soi ?

Pour le savoir , prenons le temps de comprendre les tenants et aboutissants de l’enseignement à distance. Commençons par regarder la définition officielle des « cours par correspondance » pour revenir sur les origines de cette pratique d’enseignement différente et novatrice. Ensuite nous listerons ses avantages et ses inconvénients (comme il avait été imaginé à l’origine) pour terminer en conclusion sur l‘évolution logique des cours à distance tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Définition des cours par correspondance

Selon wikipedia la définition des cours par correspondance désignent une forme d’instruction, caractérisée par un enseignement (publique ou professionnel) dispensé à distance par un établissement et ses professeurs, via des cours, à l’élève. Parfois, le professeur et l’apprenant ne sont en contact que par la biais de l’échange des devoirs ou d’un tutorat. Dans certains cas, on parle aussi de télé-enseignement.

Une autre définition prise sur le site officiel de l’administration française, nous apporte un élément nouveau : « une forme d’enseignement qui ne comporte pas la présence physique d’un professeur et ne s’effectue pas dans le cadre d’un établissement scolaire ».

En résumé, ce que nous apprends ces deux définitions :

  • l’apprentissage de cours à distance, permet à l’élève de s’affranchir d’un déplacement dans une école, un collège, un lycée… ou tout établissement scolaire.
  • Il n’a plus l’obligation de se rendre en classe pour le suivi d’un cours magistral ou même dans le cadre de travaux pratique.
  • Il n’a pas besoin d’être accompagné physiquement par un professeur pour ses leçons.
  • Il dispose du matériel pédagogiques, de devoirs et d’exercices nécessaire à son instruction.

Origines et histoire de la formation par correspondance

L’avènement du timbre postal et de l’imprimerie

Aux origines, l’avènement des premiers cours dit « par correspondance » firent leur apparition grâce à l’arrivée du timbre poste vers 1830. Mais un autre élément entre en jeu, les progrès des techniques d’imprimerie et de reproduction des textes. En effet, les machines se perfectionnent durant tout le siècle (la rotative est inventée en 1887), l’industrialisation rapide des papeteries entraîne la chute des coûts de production et fait du « support papier » le moyen privilégié de toutes les formes de l’écrit.

Premier timbre postal francais 1840

L’affranchissement devenant de plus en plus bon marché, le coût de production du papier également et les modes de transport permettant d’acheminer le courrier devenant plus rapide et en diminuant ses coûts, cela va favoriser l’émergence de l’enseignement par correspondance et des cours particuliers entre élèves et professeurs.

Les tous premiers cours par correspondance seront d’origine germanique, des cours de langues étrangères distribués en allemagne en 1856. en 1873, Anna Ticknor fonde à Boston la Société d’encouragement à l’étude à domicile, appellation qui sera souvent employée pour remplacer « enseignement par correspondance » ; Mais c’est surtout en Australie et aux États- Unis que l’enseignement à distance, confronté aux difficultés générées par l’immensité des territoires, va s’institutionnaliser et s’imposer comme un enseignement alternatif majeur.

Il faut savoir que toutes ces initiatives de cours à distance, seront proposées pour la plupart via des organismes, des écoles de formations privés bien avant que les institutions éducatives publiques de chaque pays ne se lancent à leur tour dans l’aventure de l’enseignement par correspondance.

Premiers cours par correspondance en France

Ecole Pigier propose ses cours par correspondance en 1921 dans L’Écho d’Alger
Ecole Pigier 1ère école à proposer des cours par correspondance au début 1900 – L’Écho d’Alger (1921)

En France, il aura fallu attendre 1885 pour voir arriver des cours par correspondance. Le premier à profiter de cette aubaine et se lancer dans cette nouvelle ère éducative, se nomme Émile Pigier fondateur de l’école qui portera son nom en 1877 ; L’école Pigier diffusera ses premiers cours par correspondance sur le sol français, via le Cours Hattemer, créé en 1885.

Quand l’enseignement par correspondance devient la priorité du gouvernement

En 1891, un autre personnage célèbre de l’édition, Léon Eyrolles (1861-1945) fondera l’École spéciale des travaux publics du bâtiment et de l’industrie puis ouvre la première école française d’enseignement technique par correspondance. D’autres initiatives de différents organismes de formation professionnelle verront le jour jusqu’à une période encore plus propice à l’explosion du phénomène.

À partir de 1920, les organismes privés de cours effectués à distance se consacrent prioritairement au soutien scolaire. A partir de ce moment là, l’apprentissage à distance et ses cours vont se multiplier jusqu’à une période sombre, en commençant par la première guerre mondiale puis en s’accélérant avec l’arrivée de la seconde. En effet durant l’année scolaire 1939-1940 au moment précis où la France entre en guerre, Les pouvoirs publics décident de créer dans la précipitation et à titre provisoire un service d’enseignement par correspondance et par la radio. C’est l’acte de naissance du CNEPC (Centre national d’enseignement par correspondance) plus connu aujourd’hui sous le nom de CNED. Une décision provisoire qui va finalement durer dans le temps …

Durant la période des années 20, on verra fleurir dans les journaux de plus en plus d’établissement de formation proposant des cours par correspondance comme le montre ces archives de journaux de l’époque.


L’enseignement du CNED suivait les mêmes méthodes et les mêmes programmes que ceux des établissements publics. Il était destiné à pallier la dispersion des enfants pendant la « drôle de guerre », à la suite de l’évacuation de certaines zones frontalières. Les élèves sur le territoire n’ayant plus la possibilité de se rendre dans les établissements scolaires pouvaient continuer leur scolarité dans ces conditions particulières. Il devait s’occupait d’encadrer la scolarité des enfants malades, anciens prisonniers déportés…

Une autre raison poussa nos gouvernements à instituer le CNED comme centre d’étude par correspondance de l’état. En effet l’attrait grandissant pour l’enseignement à distance était clair, et les services publics ne pouvaient pas laisser ce type de démarches uniquement au secteur privé.

Avantages et Inconvénients de la formation par correspondance

Après cette brève introduction dans le passé qui explique comment est né l’enseignement par correspondance, faisons un focus sur les avantages qui ont propulsés avec succès ce type d’apprentissage, mais voyons aussi ses inconvénients tels qu’ils étaient perçu à l’époque jusqu’à nos jours.

Dans le cadre d’une instruction plus classique, le parcours scolaire d’un élève se dérouler de la manière suivante :

  • Pour se former et passer un diplôme d’état, l’élève ou l’étudiant devait intégrer une classe d’un établissement scolaire.
  • Il se faisait accompagner par un professeur pour le suivi de ses leçons et devoirs de classe.
  • L’élève suivait un programme pédagogique sous la direction de l’académie et de l’éducation nationale.
  • Il passait une certification ou un diplôme d’état à la fin de son parcours scolaire ou après 2 ou 3 années d’études.

Ce qui change avec les cours par correspondance

Dans le cadre d’un suivi et d’un apprentissage par correspondance, avant les années 1990 l’élève devait :

  • s’inscrire auprès d’une école ou un établissement privé (ou tel que le CNED) pour obtenir ses cours (la plupart du temps par courrier)
  • Effectuer ses correspondances par courrier postal (ou avoir de nombreux échanges via le téléphone, ou en écoute radio, …).
  • Obtenir l’ensemble des cours et ressources pédagogiques étaient sous format papier (imprimés pour la plupart) ou sous forme de livres ou cahier de cours…
  • Valider son diplôme d’état, l’élève ou l’étudiant doit devait s’inscrire en candidat libre ou justifier de valider son année scolaire par une certification professionnelle
  • Etre suivi à distance par un ou des professeurs qui se chargeaient de vérifier ses devoirs et corrigés ses copies. (certains établissement proposaient le tutorat par téléphone)
  • Suivre un programme pédagogique sous la tutelle de l’académie et de l’éducation nationale (si le diplôme était certifié par l’état).

Les avantages de se former par correspondance :

  • apprendre une formation de son choix, même de part son éloignement géographique
  • bénéficier d’un suivi pédagogique plus individuel (face aux tâches réalisées)
  • pouvoir continuer un travail et subvenir au besoin de sa famille
  • Possibilité d’étudier ses cours au moment qui lui est le plus favorable
  • Moins coûteuse, généralement moins chère que des formations en présentiel.

Les inconvénients d’une formation par correspondance classique:

  • La lenteur des échanges par courriers et une correspondance décalé peuvent rendre le temps d’apprentissage plus long
  • Un suivi pédagogique moins régulier de ses leçons et devoir peuvent amener au décrochage de l’élève si celui ci est moins motivé
  • Pas d’emploi du temps imposé, peut augmenter la cause d’échec des élèves
  • se laisser déborder par la charge de travail
  • l’absence de contact direct avec un professeur ou d’autres élèves
  • une reconnaissance du monde du travail souvent injustifié

Bon à savoir : La plupart de ces inconvénients disparaîtront via une formation utilisant des moyens modernes de communications (comme internet, la visioconférence, les live chat, la partage communautaire…) tels que e avec une formation à distance de type e-learning. Justement abordons cette dernière partie 🙂

Du cours par correspondance aux formations à distance !

Evolution naturelle, la formation à distance ou formation en ligne (comme on l’appelle aujourd’hui) va venir remplacer petit à petit la terminologie longtemps utilisé de « cours par correspondance ». Ce qui va marquer ce changement est l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication. C’est d’ailleurs en 1986 que le CNEC devient le Centre national d’enseignement à distance (plus connu comme le CNED qui dispense aujourd’hui aussi bien des cours de formation professionnelle ou aide à la préparation de concours de la fonction publique). Un changement de nom pour mieux correspondre a cette dimension d’apprentissage lié aux nouvelles technologies et à l’évolution des normes éducatives.

Avant 1980, l’élève disposant d’une adresse postale recevait tous ses documents de cours sous format papier, avec des délais d’envois et de réceptions de plusieurs jours voir quelques semaines… L’imprimé est donc la forme principale d’enseignement et d’encadrement. Cependant l’informatique marque un tournant et fin des années 80 les élèves reçoivent leurs cours de formation sous forme de DVD, livres, logiciels éducatifs et interactifs. Il n’est alors plus nécessaire de retourner ses travaux et ses exercices pour correction. Ces derniers sont instantanément corrigé par le logiciel dédié sur un ordinateur individuel. La formation à distance prend ainsi une nouvelle dimension. Parfois, l’élève peut aussi étudier sur un espace « e-learning » dédié et même adapté à son niveau d’apprentissage.

Dans les années 80, alors que s’ouvre l’ère du multimédia caractérisée par un usage de différents médias (CD-ROM, DVD…) Avec le déploiement de la micro-informatique grand public puis de la télématique, commence l’époque contemporaine, celle d’Internet, des plates formes et de campus virtuels… principalement lié aux outils et ressources du numérique. Tous ces outils technologiques vont contribuer à renforcer l’engouement pour les formations à distance (FAD ou FOAD) et accroitre le nombre d’apprenants à utiliser ces modes d’apprentissage novateurs. Toutes les réformes éducatives dans chaque pays privilégient d’ailleurs l’intégration des nouvelles technologies éducatives et la mise en oeuvre de méthodes pédagogiques utilisant les solutions du monde numérique et informatique.

Ses nouvelles « normes » de formations dématérialisée permettent à des millions de personnes chaque année et rien qu’en france, de préparer et obtenir leurs diplômes (CAP, BAC, BTS, Master…) ou leurs concours (dans les secteurs de la santé, du social, de la petite enfance, du secrétariat …) d’apprendre un nouveau métier dans le domaine de la gestion, la comptabilité, du droit etc.

Après la formation à distance viendra la naissance du E-learning, la 3eme révolution ?! …

Ces articles sur l’apprentissage à distance pourrez également vous intéresser :