Salaire et rémunération du coiffeur salarié

Teddy

La coiffure fait partie des secteurs de l’artisanat régi par de nombreuses règles, notamment en ce qui concerne les salaires. Les coiffeuses et coiffeurs salariés, mais également toute personne travaillant dans le milieu de la coiffure en tant que salarié, relèvent de la Convention Collective Nationale (CCN) de la coiffure. Ils ne peuvent pas être rémunérés en dessous d’un salaire minimal sur une base de 35 heures par semaine.

Une base salariale suivant 3 niveaux

salaire-coiffeur-salarie
Source : CNEWS

Les salariés dans le secteur de la coiffure sont rémunérés suivant le CCN. Les employeurs qui ne respectent pas les salaires minimums de la convention peuvent être condamnés à verser un rappel de salaire en plus de dommages et intérêts aux salariés concernés.

Sur une base de 35 heures travaillées par semaine, la rémunération minimale brute mensuelle des salariés dans le secteur de la coiffure et comme suit :

  • Niveau I : coiffeur débutant (échelon 1) 1 550 €, coiffeur (échelon 2) 1 554 € et coiffeur confirmé (échelon 3) 1 560 € ;
  • Niveau II : coiffeur qualifié (échelon 1) 1 551 € ou technicien (échelon 1) 1 587 €, coiffeur hautement qualifié ou technicien qualifié (échelon 2) 1 699 €, coiffeur très hautement qualifié, technicien hautement qualifié ou assistant manager (échelon 3) 1 814 € ;
  • Niveau III : manager débutant (échelon 1) 1 950 €, manager confirmé (échelon 2) 2 335 € ou animateur débutant 2 760 €, manageur hautement qualifié (échelon 3) 2 921 € ou animateur de réseau confirmé (2 973 €).

Prime d’ancienneté à partir de 5 ans et intéressement au chiffre d’affaires

salaire-coiffeur-salarie
Source : Anthony Coiffure – Franconville

En plus d’un salaire de base minimal en fonction de leur niveau, les salariés dans le domaine de la coiffure sont également récompensés pour leur ancienneté. La CNN a mis en place un système de prime mensuelle qui varie suivant l’ancienneté des salariés et dont le versement est obligatoire. Les employeurs doivent ainsi rajouter des primes d’ancienneté à leurs plus fidèles employés :

  • Prime brute de 27,60 € à partir de 5 ans d’ancienneté ;
  • Prime brute de 39,85 € à partir de 7 ans d’ancienneté ;
  • Prime brute de 51,45 € à partir de 9 ans d’ancienneté ;
  • Prime brute de 67,20 € à partir de 12 ans d’ancienneté ;
  • Prime brute de 81,90 € à partir de 15 ans d’ancienneté.

Par ailleurs, les salaires et les primes sont complétés par un intéressement au chiffre d’affaires. La rémunération du coiffeur salarié ou de la coiffeuse salariée devient alors beaucoup plus intéressante s’il ou elle atteint ou dépasse l’objectif fixé par son employeur : 10 % au minimum du chiffre d’affaires, c’est-à-dire 10 % du montant total des prestations individuelles réalisées au-dessus de l’objectif.

Par exemple : L’objectif mensuel fixé est de 5 200 €. Le coiffeur réalise un chiffre d’affaires individuel de 7 000 €. L’intéressement de 10 % est appliqué sur le dépassement de l’objectif, ici 1 800 €. Il touchera alors en plus de son salaire 180 €.