Tout savoir sur le protocole de mise à la sieste

hongtran

Le sommeil est très important pour la santé surtout pour les enfants et les bébés. Bien dormir leur permet d’améliorer leur développement cérébral, de réguler la production de plusieurs hormones (insuline, hormones de croissance, cortisol, hormones de l’appétit…), de consolider les informations mémorisées durant l’éveil, de favoriser l’apprentissage récent, d’améliorer la réponse immunitaire avec des conséquences probables sur la susceptibilité aux infections. Tout professionnel de la petite enfance est alors formé aux protocoles de mise à la sieste pour qu’il puisse permettre à l’enfant de s’épanouir dans de bonnes conditions.

Comprendre les cycles de sommeil

Tout comme le sommeil des adultes, celui des enfants s’organise en cycles en commençant par une phase d’endormissement puis des cycles de sommeil se succèdent l’un après l’autre. Chacun d’entre eux comporte deux phases qui sont :

  • Le sommeil lent (phase calme) au cours duquel l’activité cérébrale diminue, ce qui correspond plus ou moins à un sommeil profond ;
  • Le sommeil paradoxal lors duquel le cerveau est aussi bien actif que pendant la journée en phase éveillée. Durant les phases d’activité cérébrale intense, les rêves prennent le dessus sur la réalité et on observe des mouvements oculaires rapides chez les individus.

Une nuit de sommeil comporte jusqu’à 6 cycles et chacun d’entre eux se composent de phases calmes et de phases paradoxales. Bien évidemment, la durée ainsi que la nature des phases varient en fonction de l’âge.

Le sommeil dans la journée alias la sieste

Dans la journée, on parle de sieste ou de sommeil flash et pour le bien-être des enfants, des siestes sont organisées le matin, en début d’après-midi et en fin d’après-midi ; mais il faut comprendre que chaque enfant à son rythme et il est alors important que l’équipe pédagogique s’adapte à cette particularité. C’est pour ça que la sieste sur demande est souvent mise en place ainsi dès que des signes de fatigue se présentent en dehors des horaires habituels, elle propose alors à l’enfant de se reposer et de rester à ses côtés le temps qu’il puisse trouver le sommeil. Par ailleurs, la durée du sommeil tend à diminuer au fur et à mesure que l’enfant grandit. Ainsi, entre 3 et 6 mois, il aura besoin de trois siestes quotidiennes : une en fin de matinée et deux dans l’après-midi. Lorsqu’il a entre 9 et 12 mois, il va alors passer à deux siestes par jour : une en fin de matinée et une en début d’après-midi – celle en fin d’après-midi deviendra inutile. Entre 15 et 18 mois, la fréquence diminue et il ne fera plus qu’une sieste en début d’après-midi. Et à partir de 24 mois, il aura tendance à inverser entre temps de sommeil de jour et temps de sommeil la nuit. Justement, le temps de sieste ne sera pas le même pour chaque tranche d’âge. Jusqu’à ses 3 mois, il dormira généralement moins d’une heure (50 minutes environ) puis une heure et demi entre 6 et 24 mois et jusqu’à 1 heure et 45 minutes à partir de 3 ans.

Organisation de la sieste

Le protocole de mise à la sieste diffère en fonction des âges. L’organisation du temps de sieste respecte les besoins et les rythmes biologiques des enfants : dormir, récupérer, être au calme, se détendre, s’isoler ponctuellement, se relaxer dans un espace aménagé et sain, etc… Ainsi, la sieste n’est pas obligatoire et ne peut être imposée à tous les enfants. Avant celle-ci, des activités calmes sont proposées pour faciliter la détente et l’endormissement. La température dans la salle de repos devrait être entre 18 et 20°C, préalablement aérée, avec les parents n’y ayant pas accès. Des rituels sont mis en place et doivent être suivis : écoute d’une comptine, d’une berceuse ou d’une mélodie d’une boîte à musique, objets transitionnels (nounours, doudous, sucettes…) font partie des éléments sécurisants pour l’enfant lors de ce moment de repos et il ne faut pas l’en priver. Dans la pièce, les enfants ne dorment jamais dans le noir comme le prévoient les exigences de la PMI (protection maternelle infantile). Et avant l’endormissement, les enfants passent un à un aux toilettes et sont couchés au fur et à mesure de leur arrivée tout en veillant à ce qu’ils soient bien à l’aise dans leurs vêtements. Dans le cas où un enfant ne souhaite pas dormir, il est invité à s’allonger pour se reposer. Et si l’envie lui prend après l’heure de la sieste, il est alors conduit en salle de repos.

Articles similaires sur la formation et les métiers